Cookie Consent by Privacy Policies Generator

Billing pour le cloud

Ne laissez pas votre système de facturation limiter votre capacité à créer une proposition de valeur unique.

Date de publication: 17 Aoû 2016
Par: Ethan

Le cloud computing promet des technologies de l’information à la demande - parfaitement adaptées aux besoins des entreprises et capables de réagir rapidement à l’évolution de la situation commerciale. Pour tenir cette promesse, les fournisseurs de cloud computing ont besoin de stratégies de monétisation et de facturation sophistiquées qui serviront de différenciateurs stratégiques sur un marché surpeuplé et hyper concurrentiel.

Dans cet article, nous allons discuter des principaux moteurs des modèles de monétisation des fournisseurs de services dans le cloud et fournir une liste de contrôle des questions clés qu’un fournisseur de services dans le cloud devrait poser lors du choix d’une solution de facturation.


Des besoins différents pour des entreprises différentes

Les fournisseurs de services en cloud cherchent à aligner les paramètres de facturation sur l’utilisation des services. Par conséquent, les modèles de monétisation diffèrent selon le type de service.

Infrastructure en tant que service (Iaas)

Infrastructure as a Service (IaaS) est un cloud en libre-service permettant d’accéder, de surveiller et de gérer les infrastructures de centres de données distants, tels que les services de calcul (serveurs virtualisés ou bare metal), de stockage, de réseau et de mise en réseau. Dans ces modèles, les utilisateurs restent responsables de la gestion des applications, des données, du temps d’exécution, des intergiciels et des systèmes d’exploitation.

La granularité de la facturation est généralement déterminée par les spécifications et l’utilisation de l’infrastructure de serveur sous-jacente. Les types d’utilisation pour facturer l’IaaS comprennent:

  • Les frais différenciés selon la puissance et le nombre de cœurs de processeur. La puissance des CPU peut être différenciée par fuseau horaire, statique (basée sur les ressources de pointe et hors pointe) ou dynamique, où le prix est déterminé par la demande du moment.
  • Type de serveur. Le type de serveur en métal nu ou de machine virtuelle est utilisé pour déterminer le prix. Un serveur haut de gamme à haute disponibilité aura des points de coût nettement plus élevés qu’un serveur de base.
  • La consommation de bande passante devra être attribuée individuellement à chaque client.
  • Système d’exploitation. Le système d’exploitation (par exemple Windows ou Linux) déterminera le tarif auquel le serveur est facturé.
  • Capacité de stockage. La capacité des disques (y compris la mise en miroir) aura un impact sur le coût du service.
  • L’utilisation des appels API comme mesure de facturation est de plus en plus courante. Dans ce cas, la tarification pourrait être déterminée par le nombre d’appels API effectués chaque mois.
  • Accords de niveau de service. Les accords de niveau de service (SLA) ont un impact sur le prix, à la fois en termes de niveau de service convenu et de pénalités dues lorsque les SLA contractuels ne sont pas respectés.
  • Reprise après sinistre. Le délai de réactivation du service a un impact sur la tarification (en particulier si une duplication des ressources dédiées est nécessaire).
  • Les frais d’espace, d’électricité, de capacité de réseau, de sécurité, de système d’exploitation peuvent également être intégrés dans la tarification de l’infrastructure.

Compte tenu de ce qui précède, il est facile de comprendre que les offres IaaS atteignent rapidement un niveau de complexité élevé, en particulier lorsque les équipes marketing qui révisent ou lancent constamment de nouvelles offres et/ou les équipes de vente ont besoin d’offres personnalisées basées sur les exigences d’un seul client.

Voici quelques exemples de stratégies de facturation de l’IaaS:

  • Amazon Elastic Compute, un service IaaS générique, qui facture les clients sur la base d’une utilisation horaire en fonction du type de serveur, de la mémoire vive, etc., que le serveur soit dédié, partagé ou réservé, et sur la base d’une remise basée sur le volume
  • OVH DBaas Time Series, un service IaaS conçu pour les applications IoT, qui facture les clients sur la base des appels API et des points/séries de données stockées.

Platform as a Service (PaaS)

La plateforme en tant que service (PaaS) est un marché de niche par rapport à l’IaaS. Il est généralement utilisé pour le développement d’applications lorsque les développeurs ont besoin d’un cadre sur lequel ils peuvent s’appuyer pour développer ou personnaliser des applications. Un fournisseur de PaaS gère les systèmes d’exploitation, la virtualisation, les serveurs, le stockage, la mise en réseau et les intergiciels, tandis que les développeurs gèrent le développement d’applications en utilisant des composants logiciels qui sont intégrés dans l’intergiciel.

Les modèles de facturation standard pour le PaaS sont généralement plus simples que les offres complexes de l’IaaS. Ils sont souvent basés sur les spécifications des serveurs, le nombre de projets et/ou le temps d’utilisation.

Voici quelques exemples de facturation PaaS :

  • Azure App Engine, une plateforme qui permet aux développeurs de programmer des applications pour la plateforme Azure de Microsoft, qui facture le nombre de serveurs d’application en fonction des niveaux et ajoute la consommation de bande passante.
  • Force.com, une plateforme qui permet aux développeurs de créer des applications multi-tenant directement intégrées dans l’application Salesforce, qui facture par utilisateur avec un plafond sur le nombre de projets par utilisateur.

Software as a service (SaaS)

Le logiciel en tant que service représente le plus grand marché du cloud. Il est courant pour les éditeurs de logiciels SaaS d’exercer leurs activités sur l’infrastructure IaaS de base fournie par les principaux opérateurs de cloud public. Salesforce, par exemple, a récemment signé un accord exclusif de 400 millions de dollars avec Amazon Web Services pour gérer toutes ses activités SaaS et PaaS.

Les modèles de facturation sont généralement indexés sur les utilisateurs ou l’utilisation simultanée et les ensembles de fonctionnalités à plusieurs niveaux utilisés par le client. L’essentiel de la complexité du modèle de tarification IaaS est regroupé dans le tarif unique par utilisateur.

Voici quelques exemples de modèles de monétisation SaaS :

  • Une force de vente qui facture un forfait par utilisateur/par fonction avec une tarification allant de 5 à 250 dollars par mois
  • Hubspot et Mailchimp qui facturent les clients en fonction du nombre de contacts contenus dans leurs bases de données.

Quel est le bon choix pour votre entreprise?

Comme nous l’avons vu ci-dessus dans notre aperçu des différents modèles de monétisation du cloud, les exigences en matière de facturation varient en fonction de la nature de votre activité dans le cloud.

Pour les entreprises IaaS, vous devrez probablement examiner les systèmes de facturation convergente qui ont déjà été déployés dans un environnement de type télécom, car les scénarios d’utilisation complexes sont assez similaires, mais vous devrez également vous assurer que la solution est suffisamment agile pour que vous puissiez rapidement concevoir et configurer de nouvelles offres en réponse aux demandes des équipes de vente et de marketing.

Si vous exploitez une entreprise SaaS, vous pourrez peut-être commencer avec des solutions plus simples qui se concentreront davantage sur la gestion des abonnements récurrents, mais cela pourrait présenter certains inconvénients, notamment en termes de gestion de la complexité de l’infrastructure sous-jacente si vous envisagez d’exploiter votre entreprise SaaS sur un cloud public.

Voici une liste de contrôle des principales caractéristiques et exigences dont vous devez tenir compte lors du choix de votre système de facturation.

Médiation et gestion d’événements

Les fournisseurs de cloud IaaS, en particulier, devront développer des offres adaptées aux gros clouds de données et d’IdO. Il faudra pour cela pouvoir agréger d’énormes quantités de points de données, tels que des appels API ou des séries de données, afin de créer des informations facturables au rabais. Cette capacité constituera probablement un différentiateur stratégique important pour les petits acteurs IaaS qui se concentrent sur la création d’offres agrégées en utilisant les offres de clouds des acteurs de clouds publics “hyper scale”.

Les fournisseurs de cloud computing qui anticipent la nécessité d’assurer la médiation et l’agrégation d’un grand nombre d’événements devraient donc examiner attentivement les options de médiation et d’intégration de données disponibles (intégrées ou tierces) lors du choix de leur solution de facturation.

Charges complexes

Les fournisseurs d’IaaS, et dans une moindre mesure les fournisseurs de PaaS et SaaS, doivent pouvoir facturer en utilisant une grande variété de plans tarifaires et de frais d’utilisation, notamment :

  • Forfait : tout ce que vous pouvez manger pour 20
  • Usage : 1$ par unité consommée
  • Dépassement : 10 unités pour 10 $. Frais supplémentaires de 0,5 $ pour les unités excédentaires
  • Volume : 10 unités pour 2 $ chacune. 20 unités pour 1,5 $ chacune. 30 unités pour 1 $ chacune
  • Échelonnement : 0-10 unités pour 2 $. 10-20 unités pour 1,5 $. 20-30 unités pour 1 $ chacune.
  • Tarif minimum : 10 $ par mois minimum + 1 $ par article consommé.
  • Plafonné : 1 $ par unité consommée avec un maximum de 20 $ par mois

La gestion des portefeuilles prépayés et les scénarios de plafonnement seront encore plus complexes.

Back to back billing

De nombreux fournisseurs de services dans le cloud fonctionnent comme des revendeurs de services fournis par des fournisseurs d’hyperscale comme Amazon Web Services ou Microsoft Azure. Ces fournisseurs ont des factures dont l’attribution est complexe puisque toute l’utilisation et les données des clients sont livrées dans un seul fichier. Des remises sur volume, des remises sur les instances réservées, etc. sont également appliquées sur tous les comptes.

L’imputation de ces coûts aux clients et la création manuelle de factures sont des processus incroyablement complexes, qui nécessitent beaucoup de main-d’œuvre et sont sujets à des erreurs. L’utilisation d’outils inadéquats qui ne permettent pas de retraiter avec précision l’utilisation peut entraîner une réduction des marges.

Lors de l’évaluation d’une solution de facturation, tous les fournisseurs de cloud computing doivent s’assurer qu’elle permet de recharger en douceur les dépenses d’infrastructure de cloud computing par rapport à des plans tarifaires personnalisés. Si vous souhaitez facturer “back to back”, vous devez vous assurer que votre solution de facturation peut refléter celle de votre fournisseur IaaS sous-jacent.

Réductions

Presque tous les fournisseurs de services dans le cloud devront être en mesure de gérer les incitations et les rabais croisés (par exemple, “Si vous achetez des services du cloud A, vous pouvez obtenir des services du cloud B avec un rabais différent”).

Votre système de facturation devrait pouvoir gérer des remises échelonnées, où le prix de l’entreprise diminue “par unité” pour une utilisation plus importante, ou pour une utilisation en dehors des périodes de pointe, ce qui reflète le désir d’inciter les clients à répartir le traitement autant que possible et donc à maximiser l’utilisation de l’infrastructure du fournisseur de services en cloud.

Gestion de la clientèle

La flexibilité dans la définition de l’entité de facturation est essentielle, en particulier pour les grandes entreprises clientes. Une entité de facturation peut être une entreprise, un département d’entreprise, un projet d’entreprise ou une agence gouvernementale. Ces entités clientes peuvent être modifiées lorsque des départements fusionnent ou que de nouveaux départements sont créés. Avec le modèle de “paiement à l’utilisation” du cloud computing, la définition et la redéfinition des entités clients doivent être traitées par les systèmes de facturation dans le cloud car elles seront attendues par les grandes entreprises clientes.

Vous devez vous assurer que votre système offre la flexibilité organisationnelle nécessaire pour facturer à tous les niveaux de la hiérarchie organisationnelle de votre client. La capacité à effectuer une facturation à un niveau détaillé apportera une valeur ajoutée significative à vos clients finaux, en particulier dans un contexte où les acteurs à grande échelle ont du mal à fournir des informations détaillées sur la facturation.

Gestion des fournisseurs

Les fournisseurs de cloud, en particulier les fournisseurs de SaaS, s’associent souvent avec d’autres fournisseurs de IaaS ainsi qu’avec des fournisseurs tiers.

C’est pourquoi ils doivent suivre non seulement le solde de l’entreprise par unité ou département, mais aussi le solde du partenaire, afin de pouvoir régler avec ce dernier. Cet équilibre peut être maintenu par module, ou même par module combiné avec une technologie intégrée d’un autre partenaire (par exemple, licence de logiciel + base de données).

Il est particulièrement important que le fournisseur de services en cloud comprenne tous ces coûts afin de créer un modèle d’utilisation fonctionnel pour l’entreprise cliente. Le fait de pouvoir modéliser et comparer dynamiquement les offres IaaS permet également aux fournisseurs de SaaS d’arbitrer dynamiquement les solutions IaaS dans le cloud et de réaliser des économies.

Multi-canal et libre-service

Les clients s’attendent à prendre soin d’eux-mêmes. Ils doivent pouvoir accéder à leurs abonnements et aux données d’utilisation du cloud. Ils doivent pouvoir simuler l’impact des changements de leur plan et modifier leurs abonnements en ligne. Lors de l’évaluation de votre logiciel de facturation, vous devez examiner la facilité avec laquelle vous pourrez intégrer votre solution de facturation à votre client


La concurrence s’intensifie sur le marché des clouds. Alors que des acteurs à très grande échelle comme AWS, Azure et Amazon continuent à se battre pour des parts de marché, il existe encore des possibilités importantes pour les petits acteurs de créer des offres différenciées et pertinentes dans leurs segments de marché. L’un des principaux facteurs de différenciation pour les petits et moyens fournisseurs de services dans le cloud sera leur capacité à s’appuyer sur des systèmes de monétisation et de facturation souples pour créer des offres adaptées et pertinentes pour leurs marchés respectifs et ainsi gérer efficacement les relations avec les partenaires tiers.